Wednesday, July 25, 2012

Venezuela Cartoonist Compelled to Hire Bodyguards, Risks 30 Months Behind Bars

While the presidency of Hugo Chavez is denounced in a report by Human Rights Watch (HRW) — "The accumulation of power in the executive, the removal of institutional safeguards, and the erosion of human rights guarantees have given the Chávez government free rein to intimidate, censor, and punish Venezuelans who 'offend' the president or obstruct his political aims" — Paulo A. Paranagua reports on the ordeals of a political cartoonist :
For the past 20 years, Rayma Suprani has been publishing her cartoons on a daily basis in the Venezuelan newspaper El Universal. Her drawings denounce poverty, the lack of social justice and of free speech in a country where caricaturing the president can land you in prison for 30 months. Rayma Suprani is the object of harassment from the authorities which compels her to move about under the protection of bodyguards.
• See a portfolio of Rayma's cartoons

• Check out Rayma's website
Au Venezuela, les médias ne doivent pas "susciter l'angoisse dans la population". Pour avoir enfreint cette règle, la chaîne de télévision Globovision vient de payer une amende de 1,7 million d'euros. Parmi les sujets "anxiogènes" qui ont provoqué les foudres du pouvoir figurent les émeutes dans les prisons surpeuplées, la lenteur des secours après un séisme, des affaires de pollution et, bien entendu, l'explosion de la criminalité. Ainsi, il ne faut pas raconter à quel point la morgue de Caracas est débordée les weekends. Ni la douleur des familles obligées de soudoyer des employés pour récupérer le corps de leurs proches dans des délais raisonnables.

Cette dérive autoritaire du régime Chavez est décrite minutieusement dans un rapport de 133 pages de Human Rights Watch publié mardi 17 juillet, en espagnol en anglais.

Si le registre de la gravité est encadré et surveillé, la volonté de détendre le public grâce à la satire et à l'humour peut aussi s'avérer dangereuse. Des textes manifestement comiques et des caricatures ont été sanctionnés durement par le régime du lieutenant colonel Hugo Chavez. De mémoire caribéenne, on ne se souvient pas d'un président aussi susceptible. A croire que l'usage abusif de l'uniforme, alors qu'il est passé depuis longtemps au cadre de réserve, raidit le comportement et la parole. Prenant des allures de prédicateur télé, Hugo Chavez prétend bannir l'irrévérence traditionnelle des Vénézuéliens, leur méfiance à l'égard de tous ceux qui se prennent trop au sérieux, leur refus de l'intolérance.

… Ce contexte permet de mieux apprécier le courage des dessinateurs de presse comme Rayma Suprani, collaboratrice du quotidien El Universal. Une caricature du président est passible de trente mois de prison. A Caracas, le harcèlement du pouvoir l'oblige à se déplacer protégée par des gardes du corps. L'association Cartooning for peace, créée par Plantu, a adopté Rayma Suprani.

Voir le portfolio "Les caricatures de Rayma, une lutte pour la liberté d'expression"

(Gracias para Fausta)